Un brin d’histoire

“Lorsque le navigateur Joseph Errantz, en route pour rejoindre le Cap de Bonne-Espérance, découvrir ce qu’il prit, tout d’abord, pour un phare non répertorié sur les cartes, il jeta l’ancre et passa la nuit entière à observer le phénomène qui s’offrait à lui.






Juste avant le lever du soleil, il débarqua. Quelques plantes curieuses trônaient au centre de l’île. Elles produisaient une lumière étrange et déclinante qui s’estompait avec les premiers rayons du soleil.

Un cœur de lumière semblait battre au centre de chacune de ces espèces et des sonorités discrètes, en accord avec les jeux du vent, carillonnaient doucement à ses oreilles. Il se laissa aller un instant à la rêverie, mais l’eau montait doucement.

Le soleil perçait à l’horizon, les plantes finissaient de s’éteindre, l’eau montait encore et, lorsqu’il prit la décision de rejoindre son bateau, elle lui arrivait aux genoux.

Éberlué de sa découverte, il s’accouda au bastingage pour regarder s’enfoncer, sous le miroir de l’eau, les derniers vestiges d’un rêve.

JPEG - 40 ko
Croquis des “Îles Maginaires“
© Fred Bourreau
JPEG - 41.5 ko
Croquis des “Îles Maginaires“
© Fred Bourreau

Son dernier geste fut alors de recueillir les dernières fleurs hors de l’eau. Son geste fut tendre, il ramassa une fleur blanche pour la nuit, une jaune pour le jour, un pistil pour l’été et une graine pour l’avenir.

Il les rangea délicatement dans ses poches intérieures, pour les sentir proches de lui, en se disant « ma chaleur les tiendra en vie »

JPEG - 43.7 ko
Croquis des “Îles Maginaires“
© Fred Bourreau
JPEG - 39.3 ko
Croquis des “Îles Maginaires“
© Fred Bourreau

Aujourd’hui, nous pouvons le dire, grâce à ce navigateur intrigué, une nouvelle espèce, que nous qualifierons d’espèce “Botanique“, est apparue sur terre, ou plutôt à la lisière de la terre, de l’air et de l’océan.“


SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0