Retour critique de professionnels



Retour critique de professionnels durant le Panorama des Chantiers FAIAR à Marseille du 20 au 23 septembre 2006




Auditeur : Constantin Chiriac (théâtre Ruda Stanca / festival de Sibiu) Date : Vendredi 22 septembre 2006

« Une idée intéressante, tout comme la présentation orale. La générosité du sujet a crée les conditions pour des solutions inattendues, mais dans le même temps a laisse beaucoup de détails inexplorés. Il a présenté des documents intéressants. Je trouve que c’était une des plus intéressantes propositions présentées et que pour FAIAR ce doit être un succès avoir soutenu un tel projet. »
////////////////////////


Auditeur : Elena Dapporto (DMDTS, chargée de mission pour les arts de la rue) Date : Vendredi 22 septembre 2006

« Le propos est fascinant et la manière dont Anthony en a parlé aussi. C’est un défi intéressant de vouloir (re)présenter le sommeil, amener le spectateur dans ce voyage très intime dans l’univers de l’autre. Il a un tas de paradoxes très stimulants à résoudre : comment faire vivre cette intimité mystérieuse dans l’espace public, et à fortiori urbain, qui par nature est en perpétuel mouvement, comment faire entendre les rêves, pénétrer ce mystère de ce qui se passe derrière les paupières closes, le corps abandonné... Le « déroulé » des trois jours - accrochage des images, arrivée des caisses, déambulation dans la ville - ... tout ceci me paraît bien. Le mystère s’installe progressivement. »
////////////////////////


Auditeur Stéphane Simonin (directeur de Hors les Murs) Date : Vendredi 22 septembre 2006

« Je trouve ton projet très riche et très cohérent. Une proposition plastique forte, une thématique approchée de manière originale, une occupation intelligente de l’espace public et de la ville au quotidien... Reste selon moi à affiner la dimension théâtrale de la proposition. Je te soumets quelques questions qui me sont venues à l’esprit après avoir vu ta proposition de « reflet ». Pourquoi ne pas « mettre en jeu » les Gardiens du Sommeil et le Passeur tout au long des trois jours avec le public-passant ? Pourquoi isoler une forme théâtrale en fin de présence dans la ville et quel sens veux-tu lui donner ? Qu’attends-tu de ce moment de représentation, outre de présenter et de révéler le personnage du passeur ? Celui-ci pourrait jouer un rôle de fil conducteur tout au long du projet et donc exister fortement dès l’arrivée en ville. Son discours sur le sommeil pourrait s’exprimer à travers des échanges avec le public-passant et surtout à l’occasion de son travail sur les rêves : actualisation des fiches de sommeil, collectes des rêves, expérience avec le public, déplacement des corps endormis, retranscription des rêves, etc... Voilà en quelques lignes un premier retour mais je suis à ta disposition pour en parler davantage et t’invite à HorsLesMurs quand tu le souhaites pour faire un point sur l’avancée de ton projet. Bien à toi. »
////////////////////////

SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0